Auteur/Author

The English version follows:

En octobre 1999, j’étais allé à des funérailles d’un ami et ancien vétéran à la Baie-Sainte-Anne (Nouveau-Brunswick, Canada), le village natal d’Yvon Durelle. Pour l’avoir vu durant ces funérailles, assis avec les autres vétérans, il fallait absolument que j’en profite pour faire sa connaissance. La conséquence, je courrais le risque d’importuner le couple Durelle. Néanmoins, je voulais lui serrer la main et le saluer, au moins une fois dans ma vie. À la tombée de la nuit, je quittais la salle communautaire de la Baie pour le voyage de retour à la maison. En passant devant la maison des Durelle, je me disais : « Il est tard… la route est encore longue et je vais sûrement déranger les Durelle… ». J’avais décidé de ne pas m’y arrêter. Un profond sentiment de regret était entrain de m’envahir… j’avais décidé de faire demi-tour avec ma voiture pour me diriger vers la propriété familiale des Durelle.

Sans arrière pensée et sans attente, j’ai cogné à la porte des Durelle. Sans hésitation, Yvon m’invitait vers le musée Yvon Durelle pour le visiter. Impressionné, j’avais du mal à me concentrer. Environ 20 minutes plus tard, Thérèse, son épouse, m’invitait à prendre le thé. Assis à table, Yvon et Thérèse Durelle avaient partagé, durant une généreuse période de temps, des récits de vie entourant la vie d’un boxeur et du couple. L’impression était tellement forte qu’il fallait absolument en connaître d’avantage sur ce personnage légendaire. Sans le savoir, cette première rencontre allait me permettre d’amorcer une recherche qui est devenu exhaustive avec le temps. Évidemment, elle est toujours en cours. De plus, je venais de faire l’acquisition de ma première pièce de collection : une copie sur VHS du combat du 10 décembre 1958, d’Yvon Durelle contre Archie Moore.

Depuis, cette recherche m’a permis d’agir comme chercheur d’archives dans le film documentaire intitulé Durelle (2003) qui avait été réalisé par Ginette Pellerin. De plus, je suis intervenu à l’été 2000 pour faciliter le don, au nom du couple Durelle, de la paire de gants de boxe utilisés par Yvon Durelle lors de son combat contre Archie Moore pour le titre mondial mi-lourd en décembre 1958. La cérémonie officielle du don avait eu lieu en février 2001 au Musée acadien de l’Université de Moncton. J’ai également contribué, en partageant mes archives et comme participant, à la réalisation du film intitulé Yvon Durelle dans la série documentaire Histoires oubliées (RDI), Radio-Canada 2006. Le 29 avril 2008, une autre intervention, cette fois-ci dans le nouveau film documentaire intitulé Yvon Durelle, diffusé à l’émission Grave Concerns, sur le réseau CBC Maritimes.

À l’automne 2008, comme employé du Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson (CEAAC), Université de Moncton, j’ai collaboré à la réalisation de l’exposition intitulée Yvon Durelle – Héros sans frontières ainsi qu’au 21 chroniques publiées dans l’Acadie Nouvelle, en collaboration avec le Musée acadien et le journaliste Robert Lagacé. Toujours dans le cadre de mon emploi avec le CEAAC, en collaboration avec le Musée acadien et le Temple de la renommée sportive du Nouveau-Brunswick (Canada), j’ai participé à la réalisation de l’exposition virtuelle, intitulée 50/50 – Le cinquantenaire de Willie O’Ree et d’Yvon Durelle/The Golden Anniversaries of Willie O’Ree and Yvon Durelle, qui rend hommage à deux icônes sportives du Nouveau-Brunswick. Dans la même année, j’ai également facilité le dépôt des archives Yvon Durelle (Musée Yvon Durelle) au CEAAC et au MAUM.

Je n’ai pas cessé de colliger la vie d’Yvon Durelle dont voici un site web qui se veut un témoin de celle-ci. Rapidement, j’allais constater qu’Yvon Durelle était le plus grand héros acadien des temps modernes et un des grands boxeurs canadiens. Toutes les pièces de ma collection sur Yvon Durelle sont archivées au Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson et au Musée acadien.

Robert Richard
Dieppe, Nouveau-Brunswick (Canada)
natif de Richibucto.

In October 1999, I was attending a funeral of a friend and veteran in the village of Baie-Sainte-Anne (New Brunswick, Canada), where Yvon Durelle was born. Observing Yvon, sitting with other veterans, I had to take advantage of the situation to meet him. I risked bothering the Durelle couple. Regardless, I wanted to shake his hand and say hello at least once in my lifetime. Nightfall had arrived as I left the Baie community center. Driving by the Durelle house, I was saying to myself : « It’s late… I’m still a long way from home and I will surely bother the Durelle… ». I had decided not to stop. I was flooded by a profound sentiment of regret… I turned my car around and headed towards the Durelle homestead.

With no set expectations, I knocked at the Durelle door. Without hesitation, Yvon invited me to visit the Yvon Durelle museum. Impressed, I had problems concentrating. About 20 minutes later, Thérèse, his wife, invited me to have tea with them. For a generous period of time, Yvon and Thérèse shared their life stories around boxing. I had a very strong impression. I was so impressed that I absolutely needed to know more about this legendary figure. Unknowingly, this first meeting would initiate a research that would become with time, exhaustive. Evidently, it’s still ongoing. Furthermore, I had acquired my first collectible : a vhs copy of the Decembre 10, 1958, fight of Yvon Durelle versus Archie Moore.

Since, I’ve acted as the archives researcher for the French documentary film production title Durelle (2003), directed by Ginette Pellerin. In addition, I intervene in the summer of 2000 to facilitate the donation, for the Durelle couple, of Yvon Durelle’s boxing gloves used in his combat against Archie Moore for the World light-heavyweight title in December 1958. The official ceremony for the receiving of the donation took place February 2001 at the Acadian Museum of the Université de Moncton. I ‘ve also contributed by sharing my archived holding, and as participant, in the French documentary film production title Yvon Durelle in the documentary series Histoires oubliées (RDI), Radio-Canada 2006. On April 29, 2008, another intervention in the documentary film title Yvon Durelle broadcast on CBC Maritimes, Grave Concerns program.

Fall 2008, while employed by the Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson (CEAAC), Université de Moncton, I collaborated in the realization of the exhibit title Yvon Durelle – A Hero without boundaries as well with 21 columns that were published in l’Acadie Nouvelle, in collaboration with the Musée acadien and the journalist Robert Lagacé. Again, with my employer, in collaboration with the Musée acadien and the New Brunswick Sports Hall of Fame (Canada), I participated with the realization of the virtual exhibit title 50/50 – Le cinquantenaire de Willie O’Ree et d’Yvon Durelle/The Golden Anniversaries of Willie O’Ree and Yvon Durelle, that pays tribute to two sports icon in New Brunswick. In the same year, I also facilitated the deposit of Yvon Durelle (Yvon Durelle Museum) archives at the CEAAC and the MAUM.

I’ve continued to collect the memory of Yvon Durelle life, some of it found on this web site in memory of the Acadian boxer Yvon Durelle. Rapidly, I would soon discover that Yvon Durelle was the greatest Acadian hero of modern times, and a true Canadian boxing great. All items of my Yvon Durelle collection have been archived at the Centre d’études acadiennes Anselme-Chiasson and the Musée acadien. In fact, I’ve continue to collect and deposit new items into this enormous collection.

Robert Richard
Dieppe, New Brunswick (Canada)
born in Richibucto.